Communiquer de manière authentique en couple, en famille

 

Etymologiquement, « communiquer », c’est « mettre en commun ». Est-ce si facile ? Que perçoit l’Autre de ce que je raconte ? Comment suis-je reçu ? Pourquoi ne suis-je pas entendu comme je le souhaite ? Qu’est ce qui fait obstacle à la communication ? Qu’est-ce qui la facilite ? Comment créer une atmosphère familiale paisible pour un bonheur durable ? Comment développer des compétences conjugales et parentales dans la relation ?

 Communiquer de manière authentique

 Le titre nous laisse supposer qu’habituellement, nous ne communiquons pas de manière authentique. Qu’est-ce qui nous empêche de communiquer de manière authentique ?

  • Nous sommes dans des rôles sociaux

  • Nous sommes pilotés par notre subconscient, par des empreintes du passé : mémoires prénatales, de la naissance, généalogiques, voire de vies antérieures enregistrées à la périphérie de la cellule, depuis notre conception. Ces mémoires créent en nous des programmes, nous robotisent, nous dotent de comportements stéréotypés

  • Nous fonctionnons à travers des filtres, protection par rapport à la souffrance qui a démarré in-utero.

  • L’éducation nous invite à refouler nos émotions ce qui a pour conséquence, « le retour du refoulé » sous forme de comportements violents ou de somatisations

Le couple

 
64 % des personnes interrogées mettent en priorité la réussite de leur vie conjugale et familiale et pourtant 1/3 des mariages se soldent par un divorce. Comment réussir une vie de couple, de famille ? Soigner la relation et savoir communiquer.

 

Qu’appelle-t-on « compétences conjugales » ?

 

  • La capacité à conjuguer… « le masculin avec le féminin »

  • Elle débute par un mariage intérieur entre notre masculin intérieur et notre féminin intérieur

 

Qu’appelle-t-on « compétences parentales » ?

 

  • La capacité à avoir des enfants, à les aimer, les soigner, les éduquer. Il n’y a pas d’école pour devenir parent. Les parents reproduisent avec plus ou moins de bonheur ce qu’ils ont vu faire par les « figures parentales » qui les ont entourés quand ils étaient eux-mêmes enfants. Parfois révoltés par ce qu’ils ont vécu, ils seront convaincus de ne pas faire comme leurs parents…jusqu’au jour, où ils se rendent compte qu’en réalité, ils n’ont rien changé. C’est seulement le contexte qui a changé.

    La petite enfance du parent et sa vie intra-utérine va fortement influencer le type d'attachement que le parent va vivre avec son enfant.

La relation avec le partenaire

 La qualité de la relation conjugale aura une incidence sur la qualité de la relation qui sera construite avec l'enfant et sur la relation éducative. Une relation de couple enrichissante aide le passage à la parentalité par une adaptation individuelle, conjugale et parentale plus aisée. Le couple satisfait de sa relation amoureuse, se perçoit plus compétent, facilitant ainsi la construction de la compétence parentale. Cette satisfaction du couple se manifeste par une bonne communication, la capacité à résoudre les problèmes, l’organisation du quotidien. Ainsi les capacités relationnelles développées par le couple serviront de fondation dans l'établissement de la relation auprès de l'enfant.

 La période périnatale débute au moment où se forme dans la tête du parent, le projet d’enfant et se poursuit jusqu'à son 1er anniversaire de l'enfant. C’est là que se construit l'identité parentale. C'est une période de profonds bouleversements : les parents s'interrogent sur le sens de leur propre existence, leurs croyances, leurs valeurs, ce qu'ils désirent transmettre à leur enfant et par conséquent sur la manière dont ils envisagent de l’éduquer. C’est la qualité de cette éducation dès la période prénatale qui fonde la compétence parentale.

 La qualité de la relation de couple aura également une incidence sur la construction des perceptions d'auto-efficacité parentale, c'est-à-dire la confiance avec laquelle chaque partenaire envisage son futur rôle auprès de l'enfant. Chacun des deux parents s’interroge sur la capacité de son partenaire à élever un enfant. Le sentiment que l’autre est compétent rassure chaque parent et aide à la construction d’une co-éducation.

 La compétence parentale relève de la responsabilité personnelle des parents et de la responsabilité collective de la société. Celle-ci dépend de la compétence de l'environnement à soutenir la famille.

Une responsabilité collective :

 Qui éduque les enfants ? La collectivité. La 1ère responsabilité de la collectivité est de reconnaître que les parents sont les 1ers éducateurs mais non les seuls. L'approche écologique du développement humain prend en compte le fait que l'influence des parents s'exerce à travers l'environnement prénatal et familial de l'enfant. Le corps de la mère constitue ce 1er environnement prénatal à l'intérieur duquel la nature commence son œuvre éducative. L'environnement prénatal est donc très important dans le passage à la parentalité. L'écoute, la disponibilité, le regard inconditionnellement positif de l'entourage permettent à la future mère une claire conscience de sa mission : transmettre la vie et donner le meilleur au futur bébé. Soutenue par ses différentes matrices de vie, elle peut se sentir protégée.

 

 

La relation à l’environnement :

 Le soutien de l'entourage familial et social pendant la grossesse aura une répercussion sur la mère et son futur rôle parental. Le soutien du compagnon qui apporte aide et réconfort facilitera la grossesse et l'accouchement par une influence directe sur l'état émotif de la mère. Sa présence chaleureuse, active et réconfortante, au moment de l’accouchement augmentera la production d’ocytocyne et de sérotonine, facilitant les contractions. Les massages soulageront la douleur, rendant l’accouchement plus serein.

Les facteurs sociétaux affectent les futurs parents : le manque de travail, de logement, de soutien, de ressources influencent l'état émotif de la mère et à travers elle, affectent l'enfant à naître. Les événements significatifs heureux ou malheureux qui entourent l'attente d'un enfant auront un impact direct sur le passage à la parentalité. L'accompagnement prénatal aide à les accepter pour les dépasser.

 Sous l'angle d'une compétence collective partagée, les compétences parentales s'inscrivent dans les compétences environnementales. Il est du devoir de la société d'assurer des conditions environnementales et sociétales favorables au développement de l'enfant et à une relation éducative de qualité. Ces conditions prennent la forme de collaboration avec les parents, de soutien psychologique des familles, de partenariat avec le monde de l'éducation, de la santé et du social et nécessitent la création de nouveaux métiers : accompagnant à la parentalité, par exemple. L'ensemble de ces moyens vise à soutenir les parents dans leur rôle éducatif et prévenir des difficultés chez l'enfant. Les recherches actuelles démontrent que la violence d'un enfant dans sa famille peut s'expliquer non seulement par l'incompétence parentale mais aussi par le faible soutien que reçoit la famille.

Les entreprises, les collectivités locales sensibilisées à cette problématique y répondent avec des moyens adaptés: crèches, garderies, nouvelles pratiques managériales, adaptation des postes de travail pour les femmes enceintes, responsabilisation des collaboratrices qui préparent avec leur équipe, leur congé de maternité, flexibilité des horaires pour les parents, etc.

 Les moyens d’une relation authentique

 Carl Rogers très sensible à la « tendance actualisante de la nature », c’est-à-dire cette capacité de l’être humain à réaliser ce qu’il porte en lui, nous propose 3 outils : la congruence, le regard positif inconditionnel, l’empathie, caractéristiques de l’authenticité dans toute relation. Ils sont particulièrement utiles dans la relation conjugale, parentale, éducative